UTOPIK FACTORY


Et si on s’y mettait ?

createurs confinés

Depuis le 17 mars, à 12h précises, la France décline à longueur de journée et de semaine le verbe « confiner ». Je me confine, tu te confines, nous nous confinons…

Sorties commandos, masqués et gantés, pour assurer la survie alimentaire, attestation de déplacement dûment remplie…

Plus de balades dans les parcs, fini le lèche-vitrine, adieu les soirées entre amis, bonjour les apéros virtuels… Sans parler des enfants et des devoirs envoyés par Internet, ce qui a parfois conduit les parents et leur progéniture au bord de la crise de nerfs…

De quoi engendrer la morosité !

Mais ce confinement, curieusement, a eu des côtés positifs. Du temps pour lire, pour réfléchir, pour imaginer, un luxe que la vie au quotidien ne nous permet guère. Alors on s’est offert une cure d’inventivité ! Avec les moyens du bord, on a bricolé, repeint, retapissé, développé notre créativité, quitte à se triturer les méninges et à réapprendre à faire les choses par soi-même !

Et, paradoxe des paradoxes, c’est en étant confinés que bien souvent nous avons (re)découvert nos voisins, que nous avons développé des réseaux nouveaux pour venir en aide aux plus isolés, aux plus vieux, aux plus démunis… En bref, nous avons redécouvert la solidarité.

Alors, parfois, on se laisse aller à rêver. Et si ce Covid 19 allait bouleverser notre société basée sur l’argent, le profit, l’individualisme ? Si l’Humanité retrouvait ses valeurs fondamentales ?

Alors, c’est sûr, ça aurait valu la peine de se confiner pendant de longues semaines.

Annie, bénévole utopiste.

En image, Quelques-unes de nos créations confinées qui seront proposées lors de notre prochaine vente aux enchères solidaire.